Demande d'information

Exposez-nous votre projet via ce formulaire et nous reprendrons contact avec vous dans les meilleurs délais.
* Champs obligatoire.

Carrelage
Torchio
pose-carrelage

Les erreurs à ne pas commettre lors de la pose d'un carrelage

Bien que l’installation de carrelage soit à la portée des amateurs de bricolage, il est nécessaire de respecter quelques critères incontournables. En effet, nombreux sont ceux qui prennent cette tâche à la légère et commettent plusieurs erreurs par la suite. Pour ne pas vous retrouver dans une telle situation, vous trouverez ci-dessous les principaux pièges à éviter.

Ne pas prendre en compte la surface sur laquelle sera installé le carrelage

Tout d’abord, il est essentiel d’accorder une attention particulière à la surface sur laquelle sera installé le carrelage, faute de quoi ce dernier pourrait se décoller ou se fissurer. Dans l’idéal, la surface doit être bien plane, nette et propre (si ces 3 conditions ne sont pas réunies, pensez à réaliser une chape de mortier).

Si vous avez opté pour la construction d’une chape de mortier, veillez à ce que cette dernière soit sèche avant d’y poser le carrelage. Pour vous assister lors de vos travaux, sachez qu’il est préférable de patienter pendant 4 semaines au moins, le temps que la chape prenne.

La pose de carrelage dans le mauvais sens

À cause d’un manque d’attention ou de la précipitation, nombreux sont ceux qui ont déjà posé des carreaux dans le mauvais sens. Pour éviter ce piège, il est conseillé de procéder à la réalisation d’un calepinage. Ce dernier n’est rien d’autre qu’un dessin (sur une élévation ou un plan), c’est-à-dire le plan d’installation du carrelage. Il facilite non seulement l’anticipation des coupes, mais aussi la vision du rendu final. En plus d’être indispensable lors de la pose de carreaux, il est aussi possible de s’en servir pour planifier des appareils, des placages et des couvertures.

L’utilisation de carrelage non adapté au sol

Contrairement à ce que pensent certaines personnes, chaque type de carrelage convient à un support spécifique. Selon que vous vouliez recouvrir un mur ou un sol, il vous faudra utiliser un type bien précis. Le classement UPEC a été créé pour indiquer les spécificités d’un revêtement de sol selon 4 critères :

• Usage ou Usure (U) : cet indice est compris entre U1 et U4 et doit être le plus élevé possible, ceci afin que le sol puisse mieux supporter le passage. Pour les logements, une mesure U1 ou U2 est suffisante ;

• Poinçonnement par le mobilier statique (P) : cette mesure varie de P1 à P4 et est liée au poids des meubles. Un indice élevé indique que le sol est capable de supporter un trafic et des charges intenses ;

• Tenue à l’eau (E) : cet indice présente la résistance du sol aux nettoyages à grande eau et à l’humidité. Il est compris entre E0 et E4 et doit être le plus élevé possible ;

• Tenue aux agents et produits chimiques (C) : lorsque cette mesure est élevée, cela signifie que le sol offre une bonne résistance aux agents chimiques. Elle varie de C0 à C4.

Avant de procéder à l’achat d’un carrelage, demandez au fournisseur de vous communiquer toutes ces informations.

L’utilisation d’une colle de carrelage de mauvaise qualité

L’une des meilleures astuces pour obtenir un résultat net, propre et agréable consiste à utiliser une colle de qualité optimale. Si vous utilisez une colle contrefaite par exemple, cela pourrait provoquer le décollement ou la fissure des carreaux.

Lors de l’achat d’une colle de carrelage, voici les principaux éléments à prendre en compte : l’espace extérieur ou intérieur, le type de carreaux à poser, la nature de la surface, la pose au sol ou sur un mur, la résistance à l’eau et au glissement, la force d’accroche, la capacité de déformation ...

La mauvaise organisation de l’installation de carreaux au sol

L’installation de carreaux au sol commence généralement au centre ou au fond de la pièce. Pour éviter que la colle ne sèche, il est conseillé de travailler progressivement par des espaces d’environ 1 mètre. Au fur et à mesure de l’évolution des travaux, vérifiez l’équerrage et la planéité de façon régulière.

Par ailleurs, il faut noter que les coupes doivent être posées dans les zones les moins visibles.

L’utilisation de matériaux ne convenant pas à l’installation de carreaux

Certains matériaux ne conviennent pas à l’installation de carreaux au sol, et ce à cause de l’humidité, les risques de fissures, le poids ... La faïence est par exemple fragile et recouverte d’une couche d’émail, raison pour laquelle elle n’est pas adaptée à une pose au sol.

Ne pas utiliser des joints de dilatation

Même si certaines personnes l’ignorent, il ne faut surtout pas faire l’impasse sur l’utilisation des joints de dilatation. Ces derniers sont indispensables et présentent plusieurs avantages majeurs. En plus d’apporter une dose supplémentaire d’esthétisme, ils rendent également le carrelage davantage étanche. Ils assurent aussi une meilleure tenue des carreaux dans le temps, améliorent le critère de la sécurité et mettent les bricoleurs à l’abri des accidents (en effet, ils réduisent la pression et limitent les risques de variation brutale de la température).

Lors de l’installation de carreaux au sol, comptez 0,3 à 1 cm en périphérie (selon la surface à couvrir). Pour ceux qui le souhaitent, les joints peuvent être recouverts avec des plinthes ou remplis avec de l’élastomère, du caoutchouc ou de la silicone.

Un projet ? Un coup de cœur ? Notre univers Pièces à vivre vous attend !


La présence de laitance sur les carreaux installés

Après la réalisation des travaux, la laitance (il s’agit du ciment qui remonte) apparait sur les carreaux. Elle se présente sous la forme d’un voile blanc et doit être rapidement éliminée, faute de quoi cela rendra le résultat moins joli. Par chance, il est très facile de se débarrasser de la laitance. Pour ce faire, il vous suffira de frotter les carreaux avec un mélange de vinaigre blanc et d’eau.

Dans la même lancée, éliminez progressivement les excédents de mortier à joint après chaque application.

L’absence de carreaux de secours

Un autre des avantages du calepinage se trouve dans le fait qu’il permet de déterminer le nombre de carreaux permettant de couvrir entièrement la surface. Après avoir calculé ledit nombre, il est conseillé de prévoir des carreaux de secours, ceci afin de se mettre à l’abri de surprises désagréables telles que les fissures, les mauvaises coupes ...

Si vous ne prévoyez pas des carreaux de secours, il est possible que vous ne terminiez pas les travaux. Mais avant de procéder à l’achat, choisissez tout d’abord les motifs et le sens de l’installation. On distingue notamment :

• la pose en diagonale : elle présente l’avantage d’agrandir visuellement l’espace. Mais elle occasionne un grand nombre de coupes, raison pour laquelle elle revient chère à l’achat ;

• la pose droite : elle convient aux surfaces réduites et est plus simple que la précédente ;

• la pose en cabochons : elle est appréciée pour son aspect décoratif ;

• la pose en chevrons ;

• la pose en damiers.

Après avoir évité toutes les erreurs mentionnées précédemment, l’installation de carrelage sur la terrasse, la cuisine ou la salle de bains deviendra plus sûre !

Vos désirs
deviennent réalité

Une envie ?
Un produit vu dans un magazine ?

Torchio - 
                     TVA offerte sur votre terrasse* - Du 18 mars au 30 avril 2024

Les services Torchio

Plus de 40 ans d'expertise

9 showrooms en Normandie et Bretagne

Conseils et
devis gratuits

Des milliers de références parmi les plus grandes marques

Livraison chez vous à prix fixe*

Réseau d’artisans partenaires pour la mise en œuvre de vos projets

*Profitez de la livraison à domicile à 50€TTC (dans les départements 14, 22, 35, 50 et 61) pour toute commande.
Pour une livraison en dehors de ces départements, renseignez-vous directement auprès de nos conseillers en showroom.